Amicale Salmson
Amicale Salmson

Salmson aux jardins d’Albertas

Sans être marque à l’honneur, trois Salmson ont pourtant trôné en majesté sur le haut des Jardins d’Albertas, partageant la vedette avec une MGA amie du plus bel effet.

Elles avaient rejoint les Jardins d’Albertas, à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône) à l’invitation de Pays d’Aix Auto Classic qui tenait les 16 et 17 juin 2018, sa 4ème édition d’un rassemblement / exposition dans une ambiance rétro années 50 et trente glorieuses, et proposait une épreuve de lenteur, un concours d’élégance, une bourse aux pièces et de nombreux exposants.

Tout cela, me direz-vous, c’est connu, mais ce qui l’est moins, à l’évidence, ce sont les Jardins d’Albertas.

Alors voilà ; les jardins d'Albertas sont des jardins privés à la française du xviiie siècle situés sur le territoire de la ville de Bouc-Bel-Air dans les Bouches-du-Rhône et répertoriés par le Ministère de la Culture comme Jardins remarquables.

Et pour être remarquables ils le sont !

Dignes des vieilles mécaniques qui s’y sont rassemblées, ils ont accueilli la fine fleur des collectionneurs de la région et leurs fières mécaniques.

Le site internet consacré à cet événement vous en dira davantage mais, pour ce qui concerne Salmson, sachez que notre ami Jacques avait conduit le torpédo à carrosserie spéciale « Tour de France » réalisée à la demande de Ouest-France.

Il a connu un franc succès justifié, autant par l’originalité du modèle bien sûr, que par la qualité de présentation et d’entretien de cette voiture unique.

Avec la non moins intéressante 2300 S de notre ami Jean-Jacques elle encadrait une plus modeste S 4-61 berline que votre serviteur avait conduite depuis Toulon.

Les connaisseurs aussi bien que les curieux se sont longuement attardés sur ces Salmson que, pour la plupart, ils découvraient sans en savoir davantage sur leur origine française, la qualité de leur fabrication et leurs gènes aéronautiques pourtant à l’origine de leur réputation.

Bref, vous l’aurez compris, ce fut une excellente journée à laquelle la convivialité n’était pas étrangère, encouragée par une équipe de Salmsonistes heureux et d’excellente compagnie.

Merci à eux et à l’année prochaine.